Vous êtes ici : Accueil > Séance de films courts-métrages
  • Séance de films courts-métrages

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte

  • Jeudi 24 mars 17h - 20h



    Cinéma l’Ecran

     


     


    Projection de films documentaires d’étudiants du Département Cinéma.
    En présence des réalisateurs et réalisatrices pour une discussion à l’issue de la séance.


     


     


    La Lettre Persane
    de Farid Esmaeelpour, 2013, 26 minutes
    1975, Ispahan-Iran, Mamad, un jeune cinéphile iranien envoie une lettre à son idole, Henri Langlois. La lettre commence par le seul mot français qu’il connaît « Cher Henri Langlois » et continue en Persan. Deux ans plus tard, il quitte son pays pour rencontrer Langlois. En février 1977, il arrive à Paris, mais hélas, Langlois est décédé depuis un mois ! Aujourd’hui, trente-cinq ans plus tard, Mamad Haghighat est un critique et réalisateur installé à Paris. On le reconnait comme le représentant du cinéma iranien en France. N’ayant jamais reçu une réponse, il cherche des traces de sa lettre. Le seul renseignement qu’il a vient de la part de l’un des anciens collègues de Langlois, qui lui a raconté qu’en 1975, Langlois avait reçu une lettre en Persan et cherchait un traducteur.

     


    Personne
    de Jeanne Gineste, 2015, 30 minutes
    Je suis tombée enceinte à dix-huit ans, l’été de la liberté, dans une maison au bord de la mer.
    Personne est l’histoire de mon avortement en 2011 et de ses conséquences.
    C’est un récit de soi filmique, celui d’une expérience singulière prise au sein d’un éthos collectif.
    C’est la mise au présent de se souvenir, c’est le récit d’un choix qu’il m’a été forcé de faire à cet âge impossible.
    Raconter à partir d’objets, de lieux, de mes journaux, d’improvisations et d’extraits.
    Raconter la disparition et la renaissance, le doute et la prière, ma sexualité et ses symptômes, la confiance et les masques, les marques, la douleur, quelle douleur ?
    Remercier le possible, filmer en s’engageant dans un espoir, celui d’être indéterminée, celui de la liberté.

     


    Dans la Terre des Feux
    de Marco La Gala, 2013, 46 minutes
    Dans la région de Naples, au pied du Vésuve, existent plus de 2500 décharges illégales. Des centaines de champs agricoles sont abandonnés et transformés en décharges d’ordures. Une coopérative sociale essaie de récupérer un terrain abandonné depuis plus de 20 ans, en découvrant les traditions agricoles et populaires de Naples et de sa région qui risquent de disparaître.

     


    Ces films proviennent du Fonds de films d’étudiants du Département Cinéma de Paris-8 à la Bibliothèque Universitaire de Paris-8
    Ce fonds reçoit depuis 2012 des films d’étudiants du Département Cinéma de Paris 8 réalisés dans le cadre de leurs cursus, afin qu’ils soient conservés et consultables à la Bibliothèque.
    Le catalogue de ce fonds est accessible en tapant simplement "Filmothèque étudiants" dans le catalogue général de la Bibliothèque.

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page