Vous êtes ici : Accueil > Tradition et invention dans la (...)
  • Tradition et invention dans la composition musicale autour de la Méditerranée

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Tradition et invention dans la composition musicale autour de la Méditerranée

    Réalisé à partir des captations effectuées durant des journées d’études, le documentaire « Tradition et invention dans la composition musicale autour de la Méditerranée » s’inscrit dans le cadre d’un programme plus large consacré à la composition musicale dans les pays de la Méditerranée. Ce programme a duré trois années durant lesquelles ont été organisés trois rencontres (à Paris et à Athènes). Un numéro de la revue Filigrane (2019) lui a été consacré1.

    Centré sur l’expérience de la composition musicale dans les pays autour de la Méditerranée, le programme visait le partage des expériences musicales à travers un dialogue musical et une recherche musicologique critique. Quatre principes principaux ont guidé la réflexion et les actions menées au cours du programme :

    • la Méditerranée n’offre pas un champ musical identitaire unifié mais un ensemble complexe et dynamique comprenant des pratiques plurielles qu’il s’agissait d’étudier et comprendre dans un esprit d’échange ;
    • l’approche musicologique des œuvres contemporaines avait pour rôle d’entrer en dialogue ouvert avec les compositeurs afin de travailler sur des catégories d’analyse pertinentes et dynamiques, les plus proches possibles des processus créatifs observés ;
    • les différences entre les diverses traditions méditerranéennes n’étaient pas pensées selon des frontières inamovibles, mais en fonction de territoires culturels vivants et en pleine dynamique d’entrecroisement, dynamique travaillée par les compositeurs et musicologues engagés dans le programme ;
    • les relations entre modernité et tradition n’étaient pas considérées systématiquement comme l’objet d’une fracture, mais aussi comme un domaine riche et travaillé par les artistes ; l’étude des modalités d’une telle relecture constituait l’un des points importants du programme qui, de ce point de vue, visait une analyse critique des rapports entre composition et société.

    Les divers champs étudiés durant les trois années du programme ont été :

    • les dimensions spatiales dans les musiques de la Méditerranée

    Notion sémantiquement riche, l’espace « musical » est exploité différemment par les compositeurs autour du bassin méditerranéen. Il peut s’agir de la transposition au sein de la forme musicale d’une expérience spatiale réelle, extra-musicale, expérience de l’espace extérieur si important dans les pays méditerranéens ; chez certains, la notion d’espace peut devenir la transcription d’une expérience du déplacement, voire de l’exil. Mais l’espace musical peut aussi être compris comme espace intrinsèque à la composition musicale :’un espace scénique, celui qu’occupe la disposition des instrumentistes ou des émetteurs électroacoustiques, mais aussi l’espace du travail interne de l’écriture musicale, des différentes modalités de sa propre texture.

    • les nouvelles temporalités musicales

    Les compositeurs interrogés dans le cadre du programme ont tous mis en avant la recherche d’une temporalité différente de celle de la musique écrite occidentale, privilégiant une écriture de la durée, d’un rapport différent avec l’expérience vivante. Ce rapport peut prendre plusieurs formes, parmi lesquelles :

    • une temporalité de la stase, d’un temps suspendu semblant vouloir maintenir le présent ;
    • une temporalité cyclique, comme giratoire, visant à exacerber une même sensation sans cesse réitérée ;
    • un temps de l’informel, lié à l’arabesque et à l’improvisation ;
    • un temps des parenthèses, multipliant les événements hétérogènes sans volonté d’intégration de tous les éléments.
    • Les relations entre texte et musique, la question de l’expression

    Les traditions présentes autour de la Méditerranée sont caractérisées par un nouage particulièrement fort entre poésie et musique, un nouage qui a été l’objet d’évolutions différentes aboutissant à des pratiques parfois divergentes dans le rapport avec la métrique, le sens et l’image poétique. L’écoute des diverses positions vis-à-vis de cette problématique et l’étude des comportements artistiques contemporains a été l’une des préoccupation du programme.

    • Le matériau sonore : modes, échelles, intervalles

    Il s’agissait ici du matériau musical traditionnel de nombreuses régions autour de la Méditerranée, un matériau sédimenté au fil de l’histoire, qui se voit aujourd’hui mis en relation, en contraste, voire en conflit, avec un matériau neutralisé qui tend à envahir toutes les cultures. De plus, le fait que la plupart des compositeurs de la modernité aient aujourd’hui intégré des processus et éléments compositionnels du XXe siècle génère un certain nombre de frottements avec les matériaux issus de traditions plus anciennes.


    • L’oralité versus l’écriture

    Il ne s’agissait pas de fixer une dichotomie rigide mais bien plutôt de comprendre une dialectique fructueuse tendant à estomper les frontières. C’est ce va-et-vient entre les deux dimensions qui se trouve exploré de manière originale par des compositeurs dont la culture, même si elle est liée à l’écriture, n’a jamais réellement abandonné les qualités propres à l’oralité.





    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page